Taxer les entreprises pour venir en aide aux SDF de San Francisco : tourmente politique en Silicon Valley

San Francisco, du rêve à la désillusion … Le monde idyllique et fantasmé de la Silicon Valley et de ses startups florissantes est aussi à l’origine de bien des déconvenues : l’augmentation du coût de la vie et notamment des loyers à San Francisco a poussé de nombreux habitant à déménager. Ceux qui n’ont pu trouver de solution alternative ont été mis à la rue. San Francisco connait actuellement une crise sans précédent due à l’augmentation drastique du nombre de sans-abris.

En vue de lutter contre ce fléau, la ville a voté le 6 novembre dernier la loi dite « Prop C » qui a pour objet de taxer à hauteur de 1% les recette brutes des grosses entreprises de la ville. Cet impôt permettra de financer notamment la construction de maisons et de foyers pour les personnes en situation de précarité dans une ville où les disparités font rage : on comptait en effet 74 milliardaires pour environ 74 000 sans-abris en 2017.

Sans surprise, cette mesure fait débat auprès des chefs d’entreprises concernés. Ainsi, si la « Proc C » a été, entre autres, soutenue par Marc Benioff, le CEO de Salesforce, certain des plus fortunés de la région, tel que Jack Dorsey, le CEO de Twitter, ne semblent pas convaincus par cette loi. Cette dernière serait inégalitaire car elle pénaliserait plus largement les entreprises favorisant les transactions financières. Par ailleurs, il convient de noter que certaines des plus grosses entreprises telles que Google, Facebook et Apple, bien que largement responsables de la flambée des loyers de la région (et des conséquences désastreuses sur le logement des plus démunis) seront exemptées de cette taxe. En effet, la taxe ne concerne que les entreprises ayant leur siège social dans la ville, ce qui n’est pas le cas des GAFA.

Références :  Article de l’ADN

Parcourir nos brèves

Trouver son Ikigai

La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français…

Transparence de la rémunération

Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suffisance

Ego et leadership

Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir…

Ces publications OCM pourraient vous intéresser

Trouver son Ikigai La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français...
Transparence de la rémunération Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suff...
La France a réussi à créer un écosystème de libéra... Professeur à l’ESCP Europe et auteur de « L’entreprise libérée » (Fayard, 2017), Isaac Getz revient sur un mouvement particulièrement actif en France ...
Ego et leadership Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir.....
Réunionite aigüe Nous passerions huit heures par semaine en réunion... soit l’équivalent de plus d’une journée entière de travail pour un salarié travaillant 35h......

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This