ANAHATA – Dystopie en Silicon Valley

Jessica Powell, vice-présidente de Google de 2012 à 2017, a lancé une petite bombe en octobre dernier en publiant sur la plateforme Medium « La grande disruption – Une histoire entièrement fictionnelle, mais essentiellement vraie sur la Silicon Valley ». Elle y décrit de manière satirique le fonctionnement d’Anahata, une entreprise fictive : « l’entreprise technologique la plus importante au monde » et son fondateur mégalomane ; le lien avec son passé professionnel est assez facile à deviner…

L’auteur explique que son envie d’écrire a pris source dans la frustration de voir ces dirigeants donner à leur entreprise une dimension quasi humanitaire, bien loin de la réalité business. Elle y décrit dans son livre une dystopie dominée par la culture masculine et truffée de paradoxes. En filigrane, Jessica Powell dresse un tableau de la Silicon Valley et de ses licornes bien moins charmant que l’image que nous en avons ou, à tout le moins, que leurs dirigeants veulent bien donner.   

https://disruption.medium.com/

https://medium.com/s/the-big-disruption/why-i-left-my-big-fancy-tech-job-and-wrote-a-book-b64c40484774

Parcourir nos brèves

Quand l’IA devient le patron

Et si la solution pour éviter la toute-puissance du chef, son arbitraire, ses biais cognitifs n’était autre que l’intelligence artificielle ?

Liberté, Égalité, Paternité

Depuis début avril en Espagne, la durée du congé paternité a été allongée : celui-ci passe désormais de 5 à 8 semaines et ce n’est que le début…

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This