Japonais : Dormez-plus, vous serez mieux payés !

D’une manière générale, les travailleurs japonais sont souvent perçus comme des employés à l’assiduité hors pair, qui entretiennent un rapport excessif au travail. À ce titre, le Japon n’a pas bonne réputation en ce qui concerne l’attention donnée au bien-être de ses salariés. Toutefois, une entreprise nippone tente de faire évoluer les règles. 

L’entreprise Crazy Inc a en effet mis en place un système de rétribution afin d’inciter ses employés à dormir au moins six heures par nuit, et ce, cinq jours par semaine. Le chef d’entreprise Kazuhiko Moriyama, conscient de l’impact et des répercussions possibles du surmenage, offre à ses employés jusqu’à 500 euros (64 000 yens) de bons d’achat à la cafétéria de l’entreprise via un système de points comptabilisés par une application mobile. Il encourage également ses employés à surveiller leur alimentation et à faire du sport, etc… de quoi faire pâlir tout défenseur du respect de la vie privée … Toutefois, ce dispositif a le mérite de tenter de lutter contre les risques de surmenage, fléau très repandu au Japon : en 2016 un rapport remis au Premier ministre Shinzo Abe estimait qu’un Japonais sur cinq encourait un risque de décès dû à un burn-out. Ce phénomène dramatique aurait même un nom : « karoshi», littéralement «mort par dépassement du travail»..

Crazy Inc. n’est pas la seule structure à mettre en place de telles mesures. Le gouvernement a commencé l’installation de cabines dans le métro à la disposition des citadins afin d’inciter les Tokyoïtes à effectuer une halte sur leurs trajets, posant ainsi les premiers jalons du télétravail. Une autre entreprise c’est quant à elle doté de drones charger de détecter les salariés

présents tardivement sur leur lieu de travail afin de leur diffuser « Auld Lang Syne », version écossaise de « ce n’est qu’un au revoir »..

Références :  Article du Figaro

Parcourir nos brèves

Trouver son Ikigai

La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français…

Transparence de la rémunération

Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suffisance

Ego et leadership

Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir…

Ces publications OCM pourraient vous intéresser

Trouver son Ikigai La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français...
Transparence de la rémunération Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suff...
La France a réussi à créer un écosystème de libéra... Professeur à l’ESCP Europe et auteur de « L’entreprise libérée » (Fayard, 2017), Isaac Getz revient sur un mouvement particulièrement actif en France ...
Ego et leadership Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir.....
Réunionite aigüe Nous passerions huit heures par semaine en réunion... soit l’équivalent de plus d’une journée entière de travail pour un salarié travaillant 35h......

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This