Le sourire, trésor économique et managérial

Thierry Nadisic, professeur associé en comportement organisationnel à l’EM Lyon, se penche sur l’utilisation du « sourire » en entreprise dans un article rédigé pour la Harvard Business Review.

De nombreuses études en psychologie positive et évolutionniste ont prouvé que le sourire serait interprété comme un signe de compétence sociale, favoriserait la coopération, diminuerait le stress et enverrait des signaux de bien-être et de maîtrise professionnelle. Du SBAM (Sourire-Bonjour-Au revoir-Merci) utilisé chez Auchan dans les années 80, le « sourire » s’est peu à peu imposé comme une nouvelle exigence, une règle incontournable de fonctionnement d’une entreprise : « les salariés doivent produire l’enthousiasme chez le client ». Cet « outils de management » s’impose parfois comme une mécanique dénuée de toute émotion. L’auteur donne ainsi l’exemple de ces hôpitaux américains appliquant la règle « 5/2 », process froid et artificiel imposant au personnel soignant de sourire à moins de 5 mètres et dire bonjour en deçà de 2 mètres.

Le risque de ce « travail émotionnel » imposé aux salariés est d’exiger de ces derniers de sourire de manière automatique et dénuée de réelle empathie et/ou lors de situations pourtant perçues comme désagréables ou injustes. Dans ces contextes, de telles situations créeraient une « dissonance émotionnelle » favorisant l’épuisement et le Burnout. Selon l’auteur, exiger le sourire « comme outil de management pose la question de la liberté et du bien-être des salariés ».

Références : https://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2018/09/21764-le-sourire-tresor-economique-et-defi-managerial/

Parcourir nos brèves

Trouver son Ikigai

La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français…

Transparence de la rémunération

Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suffisance

Ego et leadership

Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir…

Ces publications OCM pourraient vous intéresser

Trouver son Ikigai La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français...
Transparence de la rémunération Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suff...
La France a réussi à créer un écosystème de libéra... Professeur à l’ESCP Europe et auteur de « L’entreprise libérée » (Fayard, 2017), Isaac Getz revient sur un mouvement particulièrement actif en France ...
Ego et leadership Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir.....
Réunionite aigüe Nous passerions huit heures par semaine en réunion... soit l’équivalent de plus d’une journée entière de travail pour un salarié travaillant 35h......

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This