Dichotomie entre travail manuel et intellectuel

« C’est un intellectuel »… « il est manuel »… De tout temps, le travail manuel a été opposé au travail intellectuel. Il est passionnant de constater que la classification des métiers dans ces deux grands ensembles est perméable et a beaucoup évolué selon les époques. 

Qui de ces deux travailleurs est le plus « manuel » : le neurochirurgien ou le plombier ? Au XVIIIème siècle, à l’époque de la rédaction de leur Encyclopédie, Diderot et d’Alembert distinguaient deux types de métiers : ceux dont l’objet est extérieur et matériel, réunis sous l’appellation d’ « Arts mécaniques » et ceux dont l’objet est constitué de représentations relevant des « Arts libéraux ». Ainsi, selon ces philosophes, le plombier au même titre que le chirurgien ou l’artiste peintre seraient entrés dans la catégorie de « travailleurs manuels ». Il en va de tout autrement aujourd’hui concernant les deux derniers démontrant ainsi la porosité de ces deux grands ensembles en fonction des époques.  

Une constance néanmoins, la valorisation accordée, à travers les siècles, au travail intellectuel. A l’inverse, « être manuel » est une notion vague bénéficiant malheureusement trop peu souvent de considération : « la qualification de manuel n’est en définitive que le reflet d’une hiérarchie sociale » écrivait Paul Valéry dans ses Propos sur l’intelligence. Cette piètre considération pour le travail manuel est ancrée dans notre imaginaire commun depuis des siècles ; selon le mythe de la création de l’homme raconté par Platon, les « arts mécaniques » n’étaient déjà que des arts de « survie ».

Dans un livre intitulé « Tempêtes sur les représentations du travail » Laurence Decréau se penche sur cette dichotomie. Elle y expose notamment les tentatives très mitigées des pouvoirs publics de revalorisation du travail manuel depuis près d’un siècle. Aujourd’hui, nous assistons en France depuis une dizaine d’année à un nouveau paradoxe : un travail manuel encore trop peu valorisé en France et à l’inverse, dans les grandes villes, une poignée de jeunes cadres à la recherche de « sens » qui, après une première expérience dans le secteur tertiaire, s’orientent vers des métiers plus manuels vantant ainsi les mérites de l’artisanat et de l’agriculture.. Encore une différence de point de vue …

Lire aussi | L’Apprentissage en France

Références :  Article du Figaro

 

Parcourir nos brèves

Brèves de l’été

En cette saison estivale, l’Observatoire OCM vous invite à découvrir ses brèves de l’été. Nous vous souhaitons une bonne lecture et un très bel été…

Consommation « made in France »

L’INSEE vient de publier son rapport sur la consommation « made in France » des ménages français. La sensibilisation grandissante de la population …

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This