SPÉCIAL COP 24 : Urgence Climat : Pourquoi ne réagissons-nous pas ?

Nous en sommes convaincus : il faut désormais agir rapidement pour contenir le réchauffement climatique. Alors pourquoi ne sommes-nous tous pas déjà passés à l’action, via une mobilisation générale et des actions concrètes ? Pourquoi une telle inertie des politiques et des particuliers lorsqu’il devient si urgent d’agir pour notre planète ?

Selon le psychiatre norvégien Per Espen Stoknes, il s’agirait d’un blocage d’ordre psychologique. L’être humain aurait tendance à ériger des barrières mentales afin d’éviter d’affronter la réalité lorsque celle-ci s’avère trop difficile ou bouleverserait de manière trop intense des équilibres internes. Parmi ces barrières : la dissonance cognitive. Le besoin de cohérence serait un élément fondamental de notre développement. Ainsi nous aurions tendance à construire nos vies de manière prévenir la coexistence de contradictions internes sources de souffrance. Des lors, les perspectives dramatiques liées au réchauffement climatique engendreraient un réel inconfort et notre cerveau aurait donc tendance à refouler de telles informations. Pour Sylvie Garnon, chercheuse en neuroscience comportementale, les situations de changements sont profondément stressantes et énergivores pour le cerveau : « le cerveau favorise donc les comportements les plus automatiques et les plus rassurants possible afin de diminuer l’impact de ce stress ». Ces théories pourraient donc expliquer en partie cette politique de l’autruche généralisée quant au besoin imminent d’agir pour notre planète. Espérons que la COP24 nous aidera collectivement à sortir la tête du sable.

Références :  https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-29-novembre-2018

Parcourir nos brèves

Trouver son Ikigai

La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français…

Transparence de la rémunération

Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suffisance

Ego et leadership

Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir…

Ces publications OCM pourraient vous intéresser

Bureau : l’appel de la nature Et s’il y avait mieux que le baby-foot et le café à volonté pour accroître le bien-être des salariés ? À l’heure où les entreprises commencent à miser...
Trouver son Ikigai La raison de se lever le matin, le sens de la vie, l’Ikigai est un mot japonais qui n’a pas de traduction exacte en français...
Transparence de la rémunération Bien que les mœurs évoluent, il n’est pas dans notre culture de parler d’argent. Évoquer son salaire dans la sphère privée serait faire preuve de suff...
La France a réussi à créer un écosystème de libéra... Professeur à l’ESCP Europe et auteur de « L’entreprise libérée » (Fayard, 2017), Isaac Getz revient sur un mouvement particulièrement actif en France ...
Ego et leadership Le « syndrome de l’hubris » qualifie le phénomène d’hypertrophie de l’égo se manifestant lors d’une montée en hiérarchie et d’acquisition du pouvoir.....

Réagir

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel, devenez proactifs du changement.

OCM - Observatoire de la Compétence Métier

“L’observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l’expérience vérifie le résultat de la combinaison.”

Diderot

Nous suivre

© 2018 OCM - Observatoire de la Compétence Métier

Réagir - OCM

Newsletter

Restez mensuellement informés de nos publications et de nos évènements.

Votre inscription a bien été prise en compte, l'équipe de l'Observatoire OCM vous remercie.

Share This